Le printemps approche, et vous vous apprêtez à « préparer votre sol » pour accueillir les premiers semis. On entend souvent les jardiniers parler de leur sol, en disant que c’est un « bon » ou un « mauvais » sol pour jardiner. En permaculture, vous entendrez souvent qu’il ne faut surtout pas retourner la terre, parce que « ça tue les vers de terre ». Mais au fait, ça veut dire quoi prendre soin de son sol ? Nous faisons le point pour vous dans cet article, histoire de faire tomber quelques idées reçues, et surtout d’en déduire des gestes adaptés pour débuter notre potager sur de bonnes bases !

Argileux ou sableux… comment améliorer la texture de mon sol ?

La texture du sol se définit par ses proportions relatives en petites, moyennes et grosses particules. Les plus petites particules sont appelées les argiles, les plus grosses sont les sables, et entre les deux on trouve les limons. Est-ce mieux d’avoir un sol argileux ou un sol sableux pour jardiner ? En fait il n’y a pas vraiment de hiérarchie, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. Un sol argileux conserve mieux l’eau, mais il est plus lourd à travailler, et se réchauffe moins vite au printemps. Un sol sableux se réchauffe plus vite, mais retiendra moins l’eau après une pluie d’été…

Pour améliorer la texture de votre sol, apportez chaque année de la matière organique, qui assouplira les sols argileux, et améliorera la capacité des sols sableux à retenir l’eau ! Choisissez idéalement de la matière organique qui ne soit pas complètement décomposée, afin de nourrir la micro-faune du sol au passage.

Aéré ou compacté… comment améliorer la structure de mon sol ?

La structure du sol est le mode d’assemblage des particules qui le composent. Elle conditionne une propriété, la porosité, qui est un facteur déterminant de la qualité du sol, car elle favorise la perméabilité (et donc l’autonomie de votre potager en eau), l’oxygénation (et donc le développement de la micro-faune du sol) et la circulation des ions dans le sol (et donc la capacité du sol à se recharger électriquement – voir plus loin le paragraphe sur le potentiel rédox).

Pour améliorer la structure de votre sol, évitez le tassement en créant un découpage clair dans votre potager entre espaces piétinés (allées, passe-pieds) et espaces cultivés (planches, plates-bandes, buttes, etc…).

Acide ou basique… c’est quoi le pH idéal pour mon sol ?

Le pH, qui caractérise l’activité des protons, est un indice de l’acidité du sol. Dans une échelle de 1 à 14, le sol est neutre quand son pH est de 7. En dessous, il est acide, au-dessus, il est basique ou alcalin. Les plantes apprécient généralement des sols légèrement acides, mais la plupart d’entre elles s’accommodent d’un pH se trouvant dans une fourchette de 6 à 7,5.

Pour améliorer le pH de votre sol, maintenez autant que possible un couvert végétal vivant toute l’année dans votre potager, par exemple en cultivant des engrais verts ! Les recherches récentes en physiologie végétale ont en effet démontré que grâce à la photosynthèse les plantes modifient le milieu extérieur en exsudant par leurs racines des composés qui contribuent à maintenir un environnement proche de la neutralité.

Oxydé ou réduit… c’est quoi le potentiel rédox idéal pour mon sol ?

Le potentiel… quoi ??? C’est quoi cette histoire de rédox ? Décrit depuis les années 60 comme un facteur déterminant de la santé d’un sol, le potentiel d’oxydoréduction (Eh), a été (presque) complètement oublié. Pourtant « ce qui fait fonctionner la vie, c’est un petit courant électrique, alimenté par le soleil », écrivait le prix Nobel de physiologie, Albert Szent-Györgyi. Pour simplifier, on peut voir le système sol/micro-organismes/plantes comme un système électrique, le sol et les micro-organismes jouant le rôle de la batterie qui alimente le système en énergie.

Le potentiel rédox, qui caractérise l’activité des électrons, est un indice du niveau d’énergie présent dans le sol (ou autrement dit le niveau de charge de la batterie). On peut mesurer Eh avec des électrodes et un voltmètre. Plus le sol est oxydant (Eh > 410mV), moins il a d’énergie. Plus il est réducteur (Eh < 410mV), plus il a d’énergie. Les plantes apprécient généralement des sols légèrement réducteurs, qui lui permettent de se concentrer sur la photosynthèse.

Que se passe-t-il quand vous retournez votre sol ? Cela provoque une inversion de la polarité de la « batterie » : les électrons naturellement accumulés en surface se retrouvent en profondeur, ce qui perturbe durablement le courant électrique et provoque un phénomène d’oxydation qui affaiblit les plantes et encourage certaines pathologies (comme le développement de champignons par exemple).

Pour améliorer le potentiel rédox de votre sol, adoptez des techniques qui favorisent le non-retournement du sol, la couverture végétale vivante et la restitution de la biomasse au sol. Vous favoriserez ainsi la production d’aliments sains, riches en antioxydants et pleins d’énergie…
À l’inverse, une faible couverture du sol, un sol nu et travaillé, une faible restitution de biomasse engendrent oxydation et fortes fluctuations, très néfastes aux plantes. La plupart des pesticides sont également oxydants, ainsi que de nombreux engrais chimiques.

En résumé, que dois-je faire si je veux prendre soin de mon sol ?

Prendre soin de son sol, c’est donc :

  • Apporter de la matière organique (idéalement pas complètement décomposée, afin de nourrir la micro-faune du sol).
  • Créer un découpage clair entre les espaces piétinés et les espaces cultivés.
  • Maintenir un couvert végétal permanent, par exemple en cultivant des engrais verts et en paillant les cultures.
  • Ne pas retourner mon sol.

Ça fait déjà un beau programme, non ?

Si vous voulez en savoir + sur tout ça, et démarrer votre potager dans les meilleures conditions, vous pouvez jeter un oeil à notre formation en ligne « Créer son 1er potager à la sauce permacole » qui commencera le 17 mars prochain, vous inscrire à notre webinaire gratuit et recevoir notre guide 😉

Avec nous, pas de courrier indésirable. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.
Adresse e-mail non valide

Un commentaire sur “Le geste du mois : Prendre soin de son sol

  1. Pereira says:

    Bonjour, je vous découvre pour la première fois via la vidéo faites par Damien DEKARZ. Bravo pour votre pépinière c’est magnifique, hâte de venir vous visiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *